6 qualités humaines qui plaisent aux recruteurs

23/06/2015

Écologie, altruisme, bienveillance… Les recruteurs sont attentifs aux qualités humaines des candidats. Surtout lorsqu’elles collent aux valeurs de leur entreprise.

L’écologie

« On est 80 000 collaborateurs en comptant les abeilles, sinon 600 », plaisante Patrick Aisenberg. Mieux vaut être prévenu : le fondateur de Linkbynet, un infogéreur spécialisé dans le cloud, apprécie les profils digitaux mais pas que. « On est dans l’IT, dans un monde d’hommes souvent, jeunes et très peu sensibilisés à l’environnement. » Or cette entreprise se distingue par son engagement écologique. « On a installé des ruches récemment et surtout déménagé dans un bâtiment à énergie positive. » Elle est donc particulièrement attentive aux candidats sensibles à l'écologie. Autrement dit : ne pas hésiter à évoquer le sujet entre deux considérations sur les réseaux, si vous partagez cette valeur. 

L’altruisme

« Aujourd’hui on cherche davantage de vraies valeurs, que des qualités du genre "assidu", "ponctuel" ou "perfectionniste", confirme Alain Mlanao. Pour le directeur général de Walters People, les "valeurs" peuvent être interprétées comme des qualités mais avec une densité plus humaine. « Si on a des engagements bénévoles, il ne faut pas hésiter à le dire. C’est rafraîchissant. Si je demande une qualité à un candidat et qu’il me répond l’ "altruisme", je serais agréablement surpris. » Les recruteurs se seraient-ils attendris ? Pas tout à fait. « Un engagement auprès d’une association est aussi le signe que l’on sait travailler en équipe. Chez les générations Y ou Z promises à un travail plus collaboratif, cette expérience prend tout son sens. C'est une belle valeur qui, en plus, peut être utile… »

La bienveillance

Anne Rey-Creneau confirme. Senior consultante chez Hudson, elle sera elle aussi, parfois, sensible à certaines valeurs. « Comme recruteur, on ne cherche pas des valeurs pour nous mais on va naturellement s'approprier celles de l’entreprise. » Parmi les considérations souvent relevées chez les employeurs, elle cite un goût appuyé pour la bienveillance. « Pour éviter des erreurs de recrutement, on va sonder le côté humain chez certains candidats, notamment pour des fonctions managériales et les cadres de premier niveau qui auront à gérer des collaborateurs. Notamment avec les plus jeunes générations, on doit éviter certains profils trop autoritaires. » Mais là aussi, mieux vaut éviter les paroles en l’air. « Si vous avez suivi des formations ou une initiation à la communication non violente, c’est le moment de le signaler », recommande la coach d’entreprise Valérie Moissonnier.

L’empathie

« Tout ce qui touche au développement personnel peut servir à marquer des points, poursuit Valérie Moissonnier. Cette consultante invite ainsi les candidats à montrer leur "intelligence émotionnelle". « J'ai une cliente avec un profil scientifique qui s'est formée à la process com par exemple, un outil très utile de compréhension des personnalités qui nous entourent. Quand elle a décroché son dernier poste, c’est ce qui a fait la différence dans la short-list finale. » 

L’honnêteté

Malgré tout, certaines qualités humaines s’expriment davantage à travers certains comportements. Difficile, par exemple, pour un candidat de se vanter de son honnêteté qui, pourtant, sera essentielle pour un recruteur. « On appréciera souvent une forme d’éthique personnelle qui transparaît dans la façon de reconnaître certains épisodes difficiles de sa carrière, poursuit Anne Rey-Creneau. Même si on est de mauvaise expérience, il faut savoir le dire en assumant, si nécessaire, sa part de responsabilité. Il faut inspirer de la transparence de la confiance. Le recruteur doit avoir l’impression que le candidat ne lui cache rien. »

La loyauté

« Enfin, un recruteur sera naturellement sensible à une forme de loyauté », conclut Annick Haegel. Auteure du guide La Boîte à outils des Ressources Humaines, cette ancienne directrice des ressources se souvient avoir souvent reçu des candidats encore en poste un peu trop bavards. « Certains déballaient beaucoup de choses très vite sans que je leur demande quoi que ce soit. Je crois qu’un peu de retenue est justement plus valorisante. »

Par Céline Chaudeau

Source: Cadremploi

Les photos

Les videos

Les fichiers téléchargeables