Comment allier Ressources Humaines et Coaching, selon la SFCoach

14/02/2015

Comment allier Ressources (...)

La Société Française de Coaching, organisation référente du coaching professionnel en France, vient d’organiser à Paris une soirée rencontre-réflexions portant sur les relations entre les métiers de coach et ceux des RH intitulée « Complémentarité dans la pratique : Antagonistes et/ou Partenaires ? ».

La manifestation a rassemblé plus d’une quarantaine de participants au profil divers - DRH, médecins du travail, coachs externes, coachs internes, psychologues - dont l’objectif était de mieux comprendre ce qui lient les coachs aux RH et au monde de l’entreprise.

Elle comptait comme invitées du monde de l’entreprise et intervenantes principales : Françoise Barnier, DRH Fonctions du groupe BNP Paribas, Valérie Desandre, Avocate en Droit Social et Psychologue du Travail. Chantal Motto, vice-présidente de la SFCoach et Catherine Snyers, membre du Conseil d’Administration, étaient les conceptrices, organisatrices et animatrices de la soirée.

En préambule de l’événement, Annie Cottet, présidente de la SFCoach, a rappelé les trois principaux chantiers lancés en 2014 et qui seront menés par l’association en 2015 : l’élaboration du savoir interne grâce à la mise en place de groupes de réflexion, une étude approfondie sur les processus d’accréditation et un débat national sur le thème de la supervision des coachs qui comprendra une consultation de l’ensemble des membres.

La soirée s’est ensuite articulée autour d’un world café. L’objectif de cette démarche était de favoriser l’émergence des perceptions des défis auxquelles les entreprises doivent répondre et leurs attentes en termes de coaching. Elle a aussi permis l’élaboration d’un « métalogue » (dialogue interactif et multi-niveaux/multi-registres) pour construire une représentation commune du partenariat Coachs/RH.

Un World café ludique et fructueux

Méthode d’intelligence collective simple à mettre en œuvre pour créer des dialogues collaboratifs, le world café a permis de susciter une réelle adhésion de tous les participants et de partager les points de vue. Au travers de ce processus ludique et interactif, chacun a eu la possibilité de s’exprimer sur 5 défis de l’entreprise :

- Défis du collectif
- Défis humains
- Défis économiques
- Défis organisationnels
- Défis en droit du travail.

Ainsi que de creuser la question : et donc, quelles conséquences par rapport aux attentes de l’entreprise vis-à-vis des coachs qu’elle sollicite ? Quelles sont les évolutions depuis quelques années ?

Au fil des échanges, ont émergé les défis des collectifs de l’entreprise : (Equipe, Business Unit, Nation, Société…), de collaboration ou compétition entre les salariés ; les défis humains : notions d’appartenance et d’engagement, de motivation et de reconnaissance, de valeurs et de sens…

Les défis économiques ont occupé également une place majeure dans la réflexion commune : le coaching, baguette magique face à la crise ? Quels indicateurs mesurables et quel retour sur investissement du coaching ? Quel coût pour le « non coaching » au regard des risques socio-économiques ?

Le thème des défis organisationnels de l’entreprise a suscité des commentaires sur les notions de changement permanent et de diversité (interculturelle, intergénérationnelle, genre…)…

Enfin les défis du droit du travail ont rappelé l’importance du cadre, vécu comme une contrainte ou comme une opportunité, la clarification du rôle du coach (soumis à la confidentialité) et souligné les dérives comme la montée du « juridisme » rencontrée ces dernières années dans les entreprises françaises.

Une session plénière de partage des découvertes

A l’issue de leurs déambulations physiques et intellectuelles autour des thématiques via de fructueux échanges, les participants ont partagé leurs découvertes en session plénière.

Ils ont particulièrement mis en exergue les changements permanents, la diversité, l’énergie et le rôle central joué par le manager de proximité dans les organisations comme résultantes du world café. Les intervenants invités du monde de l’entreprise ont ensuite partagé leur expérience avec le public.

Ainsi, pour Valérie Desandre, Avocate en Droit Social et Psychologue du Travail, la notion de « collectif » doit jouer aujourd’hui un rôle-clé pour les salariés de l’entreprise. Il s’agit d’être plus fort et plus efficace ensemble.

Le coach, tiers extérieur, conçoit son rapport au manager coaché à l’intérieur du collectif dans lequel il est inscrit en entreprise. L’avocate en droit social constate que le dysfonctionnement qu’elle observe en tant que juriste ne provient pas d’un élément isolé, mais d’une pluralité d’éléments. Et dans un environnement à la complexité croissante, le coach favorise la prise de recul du manager coaché par rapport à son entreprise et sa compréhension des phénomènes relationnels et d’influence dans lesquels il est pris. Elle a aussi souligné l’importance pour chacun de rester à sa place : les coachs ne doivent pas verser dans le juridique et les avocats ne doivent pas s’improviser coachs.

Françoise Barnier, DRH Fonctions du groupe BNP Paribas, a de son côté précisé que le rôle premier dévolu à l’entreprise est de créer de la valeur, qu’il s’agisse de ressources financières ou de ressources humaines.

Pour cette DRH, le coaching correspond à un investissement de l’entreprise : par cette opération, le collaborateur de l’entreprise prend de la valeur et devient « un athlète de haut niveau ». Le retour sur investissement se mesure via des indicateurs de performance tels que la durabilité des résultats et l’accroissement des performances du collaborateur qui, in fine, bénéficient aussi à toute l’organisation.

Elle a poursuivi en indiquant que les coachs sont ainsi de véritables partenaires des DRH. Ils bénéficient d’une vraie légitimité en tant que tiers externe puisqu’ils permettent aux managers de s’exprimer librement hors du cadre habituel de l’entreprise. Ils agissent en complémentarité de l’action des RH et amènent les salariés à se questionner, à remettre du sens dans l’entreprise, à retrouver la confiance…

Les DRH participants à l’événement ont ainsi reconnus qu’ils ne sauraient plus se passer désormais de l’aide de coachs, auxquels ils font régulièrement appel.

Avant un cocktail dînatoire où se sont prolongés les échanges, la session plénière s’est conclue sur une certitude : la mise en commun des savoirs respectifs des DRH et des coachs sur l’évolution de la demande de coaching est une première étape dans la coopération. Une réflexion commune permettra de mieux se comprendre mutuellement, au sein d’univers économiques et juridiques toujours plus complexes.

A propos de la SFCoach

Créée en 1996, la Société Française de Coaching est la première organisation professionnelle représentative du coaching en France, par son ancienneté et en nombre de membres Accrédités. Elle a pour mission de promouvoir et développer une approche exigeante du coaching professionnel. Elle est spécialisée sur la pratique d’un accompagnement personnalisé relatif à des problématiques professionnelles, tant pour des dirigeants, managers et collaborateurs d’entreprises ou organisations, que pour des particuliers, désireux de bénéficier de cette approche en dehors de tout lien avec leur employeur. Sa stratégie se décline sur trois axes : recherche et développement, professionnalisation des acteurs et communication sur le métier. Ses valeurs sont l’ouverture, le professionnalisme et la réflexivité. Reconnue pour ses processus d’accréditation rigoureux et un Code de Déontologie qui fait référence dans la profession, elle propose des garanties d’engagement éthique et de haute compétence pour le coaching professionnel. Elle mène régulièrement des actions de valorisation et de développement de cette pratique. Plus d’informations sur www.sfcoach.org

Source: repandre.com

Les photos

Les videos

Les fichiers téléchargeables