Sept activités complètement dingues pour souder vos équipes

12/10/2014

Les animateurs de séminaire ne manquent pas d'idées, et teambuilding ne rime plus seulement avec bowling et karting. Il existe des ateliers bien plus insolites.

Fédérer une équipe, améliorer sa cohésion, renforcer son sentiment d'appartenance à l'entreprise... Autant de bénéfices reconnus des séminaires de teambuilding. Encore faut-il se renouveler et ne pas resservir chaque année à ses collaborateurs les mêmes activités classiques, voire ringardes. Les prestataires rivalisent d'originalité pour faire rêver les salariés tout en leur proposant des contenus enrichissants professionnellement. Ainsi, Guy Bergeaud, directeur de la société Eagles Team Building, s'attache-t-il à «emmener les employés dans un monde imaginaire, tout en collant à la réalité de l'entreprise». Une approche à laquelle adhère aussi Stéphane Waller, le fondateur de Meltis. «Un bon teambuilding, affirme-t-il, est une véritable expérience à laquelle on peut agréger des compétences propres à l'entreprise, comme la gestion du temps ou le leadership.»

D'où l'émergence récente des jeux de rôle, propices au changement de cadre de référence, très efficace pour apprendre à communiquer et à collaborer autrement. Deux autres tendances, symptomatiques d'un contexte économique difficile, plaisent elles aussi beaucoup: les animations qui incitent à se défouler, par le rire ou par le dépassement de soi, et les activités extrêmes, permettant d'améliorer sa résistance au stress. Faites votre choix.

1. La plus destroy : "destruction massive"

Balancer son assiette au visage d'un collègue? C'est un des interdits levés par cet atelier. Comme les salariés de Hilti (outillage pour le BTP), qui s'y sont essayés avec bonheur, les participants cassent tout ce qui leur passe sous la main (assiettes, verres, matériel informatique) à coups de marteau, de pied, de casque, puis réalisent une œuvre avec les morceaux. «Efficace pour faire table rase du passé après une année difficile», explique Olivier Bourgeois, gérant du prestataire, 10torsions.

Le plus : Un défouloir qui remet les choses à plat, à l'instar d'une bonne engueulade.

Le moins : On peut douter de l'efficacité de cette activité en cas de gros séisme dans l'entreprise.

Infos pratiques : 100 euros par personne, 10torsions, www.10torsions.com.

Autre option : Construire une œuvre en matériaux recyclés, un autre moyen de donner du sens à des déchets. Recycl'Art, www.streetdesigners.fr.

2. La plus lyrique : "orchestrate"

Jouer ensemble un extrait des Carmina Burana alors qu'on ne connaît rien à la musique? C'est le défi relevé, dans le cadre de cet atelier, par des collaborateurs de Kering (ex-PPR). Le parallèle entre orchestre et entreprise est pertinent: le chef d'orchestre est un manager, et les instrumentistes sont répartis en groupes, comme les salariés dans les services.

Le plus : Pour jouer dans un orchestre, il faut être à l'écoute des autres. Une compétence à rapporter au bureau.

Le moins : On se contente de reproduire un extrait, sans rien découvrir des fondamentaux de la musique.

Infos pratiques : 50 euros par personne, Eagles Team Building, www.eagles-teambuilding.com .

Autre option : Pour les fans de musique plus contemporaine, le prestataire propose aussi un morceau des Américains de Black Eyed Peas, avec une interface électronique.

3. La plus artistique : "même pas caps"

Une bombe de peinture dans chaque main, les salariés de la BNP et de la Société générale ont créé en deux heures une fresque de street art digne des artistes de rue les plus en vogue. Au préalable, ils avaient appris à se servir des outils et à appréhender les différentes techniques de graff aux côtés de deux professionnels de l'art urbain. L'œuvre peut être peinte sur une toile ou sur les murs de l'entreprise.

Le plus : La création d'une?œuvre commune renforce la cohésion des équipes, dont les membres découvrent un nouvel univers artistique.

Le moins : On peut regretter que des pointures connues du monde du street art ne participent pas à l'animation.

Infos pratiques : 100 euros par personne pour l'activité, proposée par Street Designers, www.streetdesigners.fr .

Autre option : Ceux qui préfèrent le septième art aux graffitis peuvent aussi tourner et monter avec leurs collègues leur propre court métrage, encadrés par des techniciens professionnels. www.lesateliersducourt.com.

4. La plus décalée : "zombies  "

Les zombies lancent l'offensive sur la planète. Comment survivre à l'assaut de ces créatures affamées de chair fraîche? Telle est la question à laquelle les animateurs de cette activité gore (des comédiens professionnels) vous aideront à répondre. Au programme: cours magistral de meurtre de mort-vivant, infiltration d'un de leurs gangs après avoir été métamorphosé par un maquilleur. Rien de tel pour souder une équipe, comme ont pu le vérifier les salariés de Carrefour.

Le plus : La peur crée des liens, la survie aussi. Une bonne leçon d'entraide.

Le moins : Si l'effroi est au rendez-vous, cette animation s'apparente plus au jeu de rôle qu'à l'activité constructive.

Infos pratiques : 150 euros par personne, 10torsions, www.10torsions.com .

Autre option : Les amateurs de thrillers peuvent aussi participer à des enquêtes policières géantes ou murder parties. 

5. La plus extrême : "vous, dans le feu de l'action"

Cernés par les flammes, les yeux embués par une fumée dense, les salariés font face à un véritable incendie... Encadrés par des pros, les fonctionnaires de la Commission européenne se sont livrés pendant deux jours à des exercices intenses: repérer les blessés, éteindre le feu, communiquer de part et d'autre d'un mur de flammes... «Ces situations ne sont pas dangereuses et nous n'avons jamais eu d'accident», précise Florence Pourtois, formatrice chez Manacoach. Objectif: apprendre à collaborer de manière vraiment différente.

Le plus : Ces exercices améliorent la gestion du stress.

Le moins : Attention, ce stage est proposé par un prestataire basé en Belgique.

Infos pratiques : 400 euros par personne, Manacoach, www.manacoach.com .

Autre option : Après les chaleurs extrêmes, confrontez-vous au froid avec un stage de survie dans le grand froid: www.teamtonic-teambuilding.com.

6. La plus plus : "Team burger"

Un fast-food à l'heure de pointe: c'est ce que reproduit cette animation. Chaque équipe représente une franchise. L'animateur, qui joue l'investisseur, choisit la plus performante. Pas de frites grasses ni de steaks hachés ici, mais des similihamburgers en mousse. Les commandes tombent, et les pépins aussi: grève, rupture de stock, accident du travail, démission... Les salariés ne sont pas à l'abri des réels aléas du métier.

Le plus : Une activité qui améliore l'adaptation au changement, la gestion du stress et la capacité à coopérer avec ses collègues.

Le moins : Ce serait quand même plus drôle avec de véritables hamburgers.

Infos pratiques : 100 euros par personne, Meltis, www.meltis.fr .

Autre option : Si l'idée de changer de métier vous plaît, vous pouvez aussi vous muer en grands reporters: www.catalysteambuilding.fr .

7. La plus geek : "jeux de piste connectés"

Les chasses au trésor de notre enfance version numérique. Smartphones et tablettes tactiles ont remplacé cartes vieillies et boussoles en plastique. Tout au long du parcours, des indices apparaissent sur les écrans des terminaux et les salariés se servent de ces outils connectés pour filmer et photographier leurs défis: un mélange d'épreuves physiques et d'épreuves culturelles. Les collaborateurs du site Seloger.com ont inauguré l'activité, mais celle-ci reste ouverte à tous les secteurs.

Le plus : Un retour en enfance qui provoque des crises de fou rire et, donc, du lien. Une bonne manière de découvrir ses collègues autrement.

Le moins : Une activité certes ludique, mais qui manque d'éléments réutilisables une fois rentré au bureau.

Infos pratiques : 70 euros par personne, Once Upon A Game, www.onceuponagame.fr .

Autre option : Pour les fans de consoles de jeu, il existe aussi des concours de jeux vidéo. www.wii-kinect.teambuildingincentive.com .

Auteur : Charlotte Laurent

Source : Capital.fr avec Management

 

Les photos

Les videos

Les fichiers téléchargeables